Marine Le Pen et l'arnaque du halal

0

La haine sous-jacente à la polémique sur le halal

Au summum des émissions d’enquête qui redonnent de la considération au P.A.F français, l’émission "Envoyé spécial" nous a  récemment affligé d’un de ses scoops : le consommateur mangerait à son insu de la viande halal ? Et quel halal ! Celui que les médias aiment à présenter : un sacrificateur musulman qui se mue en charcutier-massacreur et où la pauvre bête est maltraitée puis immolée dans une froideur scandaleuse. Et puis sans le savoir le citoyen lambda financerait l’islam de France. Une islamisation rampante jusque dans les assiettes des français, insidieuse et maligne. Le paysage audiovisuel semble de plus en  plus ceinturé d’une frontière médiatique qui devient  hermétique aux spécialistes et intellectuels rigoureux et sérieux.  En tous cas, il faut voir dans ce genre de reportage, malheureusement, moins l’objectivité que la matière et le combustible que l’on y  livre pour alimenter les idées islamophobes et extrémistes. Le survol  des réactions sur le site de l’émission de France 2 montre, en effet,  à quel point ce genre de trucage médiatique déchaîne et flatte les sentiments de rejet et l’ignorance de certains de nos concitoyens envers sa composante musulmane.  Une surenchère par le bas qui  coute cher au vivre-ensemble. La preuve en est, également, avec  la sortie de l’égérie de l’extrême-droite  qui fustige le halal et les abattoirs d’Ile de France qui produisent, selon elle, 100 % de cette  viande. D'après eux, il y a tromperie sur la marchandise et danger sanitaire.

Au lieu de renvoyer au néant médiatique cette question de l’abattage rituel, cette mascarade impose de pointer du doigt la nocivité de ces pseudo-documentaires et  de rappeler certaines vérités sur cet abattage dit halal. Car ce qui est dans le champ du viseur ce n’est pas moins l’abattage rituel que le halal en tant que tel et les musulmans.

Les musulmans sont pour la transparence

En effet aux garanties répétées et martelées par la majorité présidentielle aux autres communautés pour concilier liberté et protection du culte avec la laïcité, la communauté musulmane se trouve dans l’expectative : c’est la grande perdante. Par exemple, alors que le ministre de l’intérieur d’alors, B.Hortefeux, a tenu a  rassuré maintes fois en 2009 lors d’interventions liées aux fêtes religieuses juives les responsables de cette communauté concernant un engagement sans faille de l’Etat en faveur de l’abattage rituel, c’est un communiqué alambiqué, suite aux propos de M. Le Pen sur le halal, que nous offre le Ministère de l’Alimentation. Ce dernier n’aurait pas « d’informations précises » sur le fait que tous les abattoirs d'Ile-de-France procèdent à l’abattage rituel même si il est vrai que le candidat N.Sarkozy a lui donné son chiffre cocasse : 2,5 % de la viande consommée en Ile-de-France est abattue selon les rites casher et halal. Notez que le casher sert de paravent permanent au halal. Concernant le projet du parlement européen relatif à l’étiquetage de la viande d’abattage rituel la communauté musulmane ne s’y oppose pas,  au contraire cela permettrait peut-être d’assainir une filière gouvernée par le chaos industriel et le profit.  Néanmoins, c’est ce que refuse étonnement certains parlementaires et le ministre de l’intérieur en assurant de leur vigilance les responsables du casher pour que le projet n’aboutisse pas !

L'éthique halal

Pourtant  le halal  ne se limite pas à l’abattage par un sacrificateur musulman mais se veut un esprit de traitement « bio » envers l’animal, les citoyens musulmans rejoignent  inévitablement les revendications qui accusent les conditions de transport, les sévices à froid infligés aux animaux … c’est  l’esprit d’une consommation citoyenne et c’est l’esprit du halal. En tout état de cause les citoyens de confession musulmane veulent être reconnues, protégées et traitées comme les autres cultes. Ils encouragent l’assainissement de la filière de l’abattage rituel si telle est la volonté politique. Pas de quotas comme cela a été récemment proposé, ni de normes dictées pour le halal mais une reconnaissance pleine et transparente de l’abattage rituel musulman dans le libre exercice du culte. De tous les cultes. Car de l’affaire des 65 millions de français, aux garanties répétées et légitimes des différents ministres de l’intérieur face à une supposée augmentation des actes antisémites, à la souplesse déployée pour concilier obligations scolaires des étudiants et calendrier des fêtes religieuses, à la protection garantie concernant la viande casher, il n’y a qu’un pas à faire pour que tous les cultes bénéficient  du même traitement. Car comme l’a répété le candidat à la présidentielle N.Sarkozy en 2003 au Rassemblement des Musulmans de France au Bourget :

La religion musulmane ne doit pas être une religion à part […] elle doit trouver sa place qui est la sienne comme les autres cultes reconnus depuis longtemps 

Ni plus, ni  moins.

Liens croustillants à lire ou à écouter :

Viande halal : le boucher des stars défend l'égorgement
Des clics et des claques avec Yves-Marie Le Bourdonnec
Viande Halal : Merci Marine Le Pen
les dessous du halal : reportage de Canal Plus sur le faux halal

Tag(s): 
Tag(s): 
Tag(s): 

Commentaires

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question est pour vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées (spam).
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.

© 2013 CCIF. Tous droits réservés.